blog lifestyle à lyon

J’ai vu le film Lion de Garth Davis

J’ai vu le film Lion de Garth Davis

Le film dans les grandes lignes

Ayant été traumatisée par une des scènes de Slumdog Millionnaire au collège, je ne l’ai jamais regardé en entier. Donc je ne vous dirai pas si le film que j’ai vu hier soir est réellement le nouveau Slumdog Millionaire.

LION, c’est un film qui ne prend pas de gants dès le début. Alors qu’il n’a que 5 ans, Saroo se retrouve perdu à des milliers de kilomètres de son frère, Guddu, et de sa mère. On est alors confronté à une dure image de ce pays : des enfants enlevés, la corruption, la pauvreté. Et ça fait réfléchir. Saroo aura finalement la « chance » d’être adopté par une famille australienne bienveillante. Bien qu’il grandisse loin de ses origines, il va ensuite tout faire pour retrouver sa mère et son frère.

Cette histoire m’a beaucoup touché et admettons le, quand on ajoute en plus le « tiré d’une histoire vraie », ça fait son effet. Mais dans ce film, c’est vraiment tragique. Comment ne pas finir en pleurs quand on voit, après avoir entendu cette histoire, les images des vrais retrouvailles ?

Une réalisation au poil

Côté réalisation, un des aspects qui m’a marque dans ce film et surtout au début, c’est l’alternance entre silence et bruits. Selon moi, cela donne du rythme à la première partie qui peut paraître parfois un peu lente. On passe d’un paysage désertique et silencieux à un train bruyant. Cela vient comme un symbole de ce qui montre le changement radical et soudain dans la vie de Saroo.

Ce que j’aime beaucoup également, c’est la chronologie choisie pour la réalisation. Au début du film, je me suis dit « pourquoi n’ont-ils pas commencé par le montrer maintenant pour qu’il nous raconte lui-même son histoire et qu’on la découvre petit à petit? ». Et puis je me suis aperçue que ç’aurait été moins bien. En fait, en racontant l’histoire depuis le début, on ne peut que ressentir (ou imaginer du moins) sa peine et sa détermination. Dans l’autre cas, je pense qu’on s’attacherait davantage à sa famille d’adoption et à sa nouvelle vie et donc beaucoup moins à la recherche de sa famille et sa terre natale.

Un des points qui m’a également marqué c’est la vitesse où tout se passe. Certains ont trouvé ça lent, moi j’ai trouvé qu’on manquait de temps. On n’a pas le temps de connaitre Lucy ou les parents adoptifs (ce n’est pas le but du film, me direz-vous), mais pourtant on s’attache aux personnages qui entourent Saroo car ils ont tous en eux une bienveillance incroyable. Et cette rapidité montre quelque part l’urgence de Saroo à retrouver sa famille.

Ce qui m’a dérangé dans ce film

Le seul hic que j’ai trouvé dans ce film c’est la scène de retrouvailles. Même si les années ont passé et que Saroo a été élevé dans une famille australienne, je trouve que les retrouvailles ont quelque chose qui dénotent. On peut comprendre qu’il ait changé, qu’il n’appartienne plus à ce village, mais il y a un certain malaise. On sent vraiment un mur entre Saruu et sa mère alors qu’ils se cherchent depuis des années. Il s’agit certainement d’une volonté artistique (ou historique) mais j’ai trouvé cela dérangeant. Malgré tout, il faut reconnaitre une prestation impeccable de Dev Patel qui joue superbement son rôle et arrive à le rendre authentique.

Ma conclusion

Au final, c’est un film que j’ai beaucoup apprécié et qui est passé très rapidement. J’avais peur de m’ennuyer, peur que ça s’éternise. Mais le temps a filé. L’histoire m’a beaucoup touché et je pense que la réalisation y est pour beaucoup. Les acteurs délivrent une très bonne performance, presque authentique. Les gros plans sur les visages des personnages deviennent alors une sorte de miroir vers leurs pensées.

En bref, un très bon film à voir (avec mouchoirs si vous avez un petit coeur fragile).

Avez-vous vu ce film ?

Credits photo

Rendez-vous sur Hellocoton !1


4 thoughts on “J’ai vu le film Lion de Garth Davis”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Visit Us On TwitterVisit Us On InstagramVisit Us On Pinterest